Secrets d’hiver au jardin dormant

78051

Il était une fois une Rose de Noël ou Hellébore arrivée au pied du sapin en guise de cadeau symbolique adressé à L.. Son rôle n’était autre que son authenticité puisqu’elle devait montrer qu’on peut s’épanouir et révéler sa beauté même dans les hivers de la vie. Mais comme je ne peux jamais en rester aux façades, l’envie m’a prise d’en savoir plus. Et quelle ne fût pas ma surprise lorsqu’au fil de l’enquête, je découvris maintes autres facettes à cette Belle du froid. J’aurais dû me douter que sous ses airs frêles et délicats, l’ambiguité de sa robustesse cachait une double personnalité, à commencer  par ses 2 noms dont l’un est féminin comme la rose tandis que l’autre arbore fièrement le genre opposé et encore s’ approprie l’adjectif « niger » qui ne semble pas annoncer de doux présages ! Et ce n’est pas fini ! La « Noire »qui est en fait tout de blanc vêtue cache des racines très sombres au propre comme au figuré puisqu’elle viendrait du grec « hellein »et « bora » signifiant « faire périr »et « nourriture »ou « pature », elle est donc hyper toxique, ou alors aussi toujours du grec « helibar »désignant un remède contre la folie. De plus en plus inquiétant … D’où une ambivalence qui a marqué la symbolique de la fleur: elle exprime un amour inquiet ou même angoissé: « Rassure-moi de ton amour, ton silence m’inquiète ». La silencieuse vénéneuse cache bien son jeu et déborde beaucoup de mon message initial…

Si je pense rose de noël, les premières images qui font écho dans mon esprit me projettent directement dans la Reine des Neiges, version Andersen biensûr, alors que les temps sont toujours heureux pour les 2 enfants. Cela se situe au début du conte et est raconté ainsi:

1046

« Dans une grande ville où il y a tant de maisons et tant de monde qu’il ne reste pas assez de place pour que chaque famille puisse avoir son petit jardin, deux enfants pauvres avaient un petit jardin. Ils n’étaient pas frère et sœur, mais s’aimaient autant que s’ils l’avaient été. Leurs parents habitaient juste en face les uns des autres, là où le toit d’une maison touchait presque le toit de l’autre, séparés seulement par les gouttières. Une petite fenêtre s’ouvrait dans chaque maison, il suffisait d’enjamber les gouttières pour passer d’un logement à l’autre. Les familles avaient chacune devant sa fenêtre une grande caisse où poussaient des herbes potagères dont elles se servaient dans la cuisine, et dans chaque caisse poussait aussi un rosier qui se développait admirablement. Un jour, les parents eurent l’idée de placer les caisses en travers des gouttières de sorte qu’elles se rejoignaient presque d’une fenêtre à l’autre et formaient un jardin miniature. Les tiges de pois pendaient autour des caisses et les branches des rosiers grimpaient autour des fenêtres, se penchaient les unes vers les autres, un vrai petit arc de triomphe de verdure et de fleurs. Comme les caisses étaient placées très haut, les enfants savaient qu’ils n’avaient pas le droit d’y grimper seuls, mais on leur permettait souvent d’aller l’un vers l’autre, de s’asseoir chacun sur leur petit tabouret sous les roses, et ils ne jouaient nulle part mieux que là. (…) Lui s’appelait Kay et elle Gerda ».

image2
conte d’hiver

Ne sont-elles pas magiques ces fenêtres communicantes embellies par les rosiers gardiens et témoins de l’amour ? Ce qui me donne une idée … est-ce-que nos jardins de givre ou dans leur manteau de neige, sous leur air endormi et indolent, ne devraient pas être perçus comme une porte ouverte à l’imagination, une permission dans l’univers des contes, un silence évocateur de la présence possible et invisible de toutes sortes de créatures, une incitation à la créativité pour rêver et plonger dans ces histoires qui donnent du sens et nous accompagnent toute notre vie ? C’est une bonne occasion de relire Grimm, Andersen, Perrault et aussi Claude Ponti ou Timothée de Fombelle … Dès demain, j’irai y déposer une petite vitrine remplie de boîtes d’allumettes pour continuer à faire vivre une certaine petite marchande …

  img_0019

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s