Pensée 57

« Le propre de ce jardin est de ne rien laisser filtrer de son art et de son âme à l’extérieur, de tout réserver de son luxe (au sens étymologique du terme qui est lumière) pour lui-même, pour le regard intérieur ».

Salah Stétié, Lumière sur lumière, les Cahiers de l’Égaré, 1992.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s