Pensée 69

« Qu’on se le dise: il n’y a pas de poussière chez nous ces jours-ci, mais seulement des graines. Oui, zinnias, cosmos, pois de senteur venus de l’ancienne maison, et le fantasme privilégié de Martine : les roses trémières. Elle collecte avec une étonnante gourmandise ces particules diaphanes ou pelucheuses, marronnâtres, argentées. J’avoue que je ne comprends rien à la magie de ces transmutations secrètes (…) Mais je sens bien qu’avec Martine il s’agit d’autre chose: ce savoir qui fait dormir des signes si légers dans des enveloppes sages, en attendant le juste moment pour les semer, ce n’est pas de la science, mais un langage secret, déployé savamment pour me faire balourd, profane, émerveillé de ces miracles qui m’entourent et me dépassent. Que de projets infimes, sournois, pour me faire la terre douce et le printemps possible, l’an prochain. »

Journal d’un homme heureux, Philippe Delerm.

NB: très agréable livre dans lequel je viens d’entrer, qui offre le brin de légèreté nécessaire à la vie mêlé à la profondeur du regard sur tous les petits contextes quotidiens qui font l’essence du bonheur…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s