Pensée 202

 » Je m’étais rangé dans le camp des nénuphariens contre celui des nénufaristes, parce que le p me semblait représenter assez bien la racine immergée, tandis que le h, en parfaite harmonie, s’élevait au-dessus du mot comme la fleur au-dessus de l’eau. »

Didier Decoin 

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

    1. Merci! Oui, c’est génial l’association des lettres avec l’imagination du sens ! On est au moins 2 … 😉

      Aimé par 1 personne

      1. barbarasoleil dit :

        c’est un rapport au langage qui n’est pas très populaire hélas et sur la blogsphère c’est parfois compliqué entre les poètes auto-proclamés, les ronchons, ceux qui traquent vos coquilles viscéralement et ceux qui auraient aimé en faire autant…Je suis prof, certes passionnée de poésie et de lectures mais quand j’aurais à faire des articles sur l’enseignement , je le ferai, n’en déplaise aux pisse-froid…

        Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s